dimanche 19 juin 2016

Art écologique ou écologie de l'expérience climatique


On me demande, c'est quoi ta nouvelle recherche ?

He bien je jongle avec la question suivante :
En cette période de transition énergétique, comment l'art écologique peut-il nous aider à mieux saisir les enjeux?

Mais tu ne travaillais par sur l'installation interactive ?

Oui, et je continue. J'ai d'abord exploré son impact sur la perception, sur le corps et sur l'expérience esthétique. C'est le sujet de mon livre "L'installation interactive: un laboratoire d'expériences perceptuelles pour le participant chercheur".

Ensuite j'ai poussé plus loin le rôle de l'émotion et de l'affect quand on vit une immersion, dans la vie comme dans l'art. C'est le sujet de mon prochain livre "Affect, émotion et expérience esthétique: de l'immersion interactive à la voix de l'événement".  (À venir, 2017)

C'est un cheminement étonnant, non ?

Peut-être, mais ça a émergé petit à petit. Ça s'est enraciné. Puis, des tiges et des feuilles. Ensuite toutes sortes d'embranchements.

Ça m'a amenée à l'écologie de l'expérience esthétique.

Et, vu la transition énergétique en cours, pour ne pas dire la mutation planétaire, avec COP21, j'ai décidé d'examiner comment l'art écologique peut devenir une expérience écologique. Et pas un effet de bascule, comment l'écologie de l'expérience climatique trouve des manifestations inspirantes dans l'art à saveur écologique.

Pour faire court,

je suis passée de l'installation interactive à l'immersion interactive à l'art écologique.
De la perception, de la corporéité à l'affect et l'émotion au centre de l'expérience esthétique, entre vie et art.

Aussi j'ai proposé le participant-chercheur au centre de la fréquentation de l'art interactif.

Ensuite j'ai démêlé l'affect de l'émotion et l'expérience de l'événement, en considérant l'art comme un condensé de vie et les événements de la vie.

L'écologie de l'expérience a pris le relais !

Aucun commentaire: